Source : Le Parisien , citations en italique.

Présomption d'innocence. Tant qu'une affaire n'est pas jugée, le justiciable est considéré et traité comme un innocent. Jamais le gouvernement n'a dérogé à cette règle quand Monsieur Sarkozy était président de la République. Avec Hollande, le changement, c'est maintenant :

Passe encore sur le prmeier secrétaire du PS : il n'a aucune fonction officielle. Rien ne lui interdit de dire des conneries, de colporter des informations, au mieux obtenues illégalement (violation du secret de l'instruction), au pire calomnieuses : Harlem Désir, 19/3/2014 : «La lecture des documents publiés hier soir par Mediapart est ahurissante, hallucinante et surtout attristante. On comprend mieux l'acharnement des amis de Nicolas Sarkozy et de l'UMP à créer des diversions. Il fallait absolument masquer la gravité des faits tels qu'ils apparaissent dans les documents de Mediapart»

Même commentaire pour le porte-parole du PS...
David Assouline : «Absolument ahurissant». Dès mardi soir, le porte-parole du PS, David Assouline, estimait «absolument ahurissant et blessant pour la démocratie, si les faits sont avérés». «Le style et les mots sont accablants. S'ils étaient avérés, on comprendrait mieux pourquoi l'UMP a déployé autant de rideaux de fumée et une telle violence contre l'institution judiciaire et des juges indépendants», a poursuivi le porte-parole. «Que l'UMP laisse les juges travailler en toute indépendance!», a-t-il conclu. Ce mercredi matin, les invités politiques des émissions de radio ou de télévision ont commenté ces nouvelles révélations, qui pourraient gêner un éventuel retour de Nicolas Sarkozy dans la vie politique.

 En revanche, les commentaires du porte parole du gouvernement me choquent beaucoup plus :  Najat Vallaud Belkacem : La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a souligné mercredi «l'extrême gravité des accusations et des soupçons» qui pèsent sur Nicolas Sarkozy. «Personne ne peut se réjouir de déclarations aussi délétères et aussi mortifères pour la démocratie», a-t-elle relevé tout en voyant «un motif de satisfaction et d'espoir» dans le fait qu'«aujourd'hui, la vérité et la transparence sont possibles et même inéluctables». On l'excuse, elle est jeune, bornée et stupide. Elle n'est que "porte parole", pas ministre

 

Totalement scandaleuse est la prise de position de Marisol Touraine  : La ministre de la Santé Marisol Touraine a estimé mercredi que «les faits» relatifs aux extraits d'écoutes judiciaires entre Nicolas Sarkozy et son avocat, publiés par Mediapart, «sont d'une très grande gravité», s'ils étaient avérés. «Les propos qui sont tenus traduisent, au delà de leur violence à l'égard des juges, une conception des relations entre le pouvoir politique et le pouvoir judiciaire qui est contraire à notre état de droit», a-t-elle affirmé sur iTELE. «Nous sommes face à quelque chose qui est d'une gravité tout à fait considérable et qui va éclabousser la vie politique», a-t-elle ajouté, estimant que «la démocratie n'a rien à gagner à cela». Un ministre ne se doit-il pas d'être Ministre de la République, au service de tous les Français ? A-t-elle le droit de semer la haine sur la base, encore une fois, d'informations obtenues illégalement, au pire, de médisances ?

Oui, le changement c'est maintenant, avec un "Président" qui se refuse à être celui de tous les Français, des ministres qui n'ont pas encore compris qu'ils ne sont plus des militants politiques mais des élus au service du Pays tout entier. Jamais on n'avait connu une telle incompétence, un tel mépris des fondements de la démocratie. Même un gangster comme M. Guérini a eu droit à plus de respect pour sa présomption d'innocence de la part du gouvernement (de Sarkozy)  que Monsieur Sarkozy, aujourd'hui, pour des écarts supposés, nettement moins graves !



 Retour au sommaire