Je cite :

"Les élus ruraux sont courageux et investis (...) ils ont à cœur de développer leur village, de conserver des services publics, des commerces de proximité (...) de faire perdurer leur école. (Les communes rurales) sont en permanence bousculées par les réformes territoriales (...) notamment la loi (...) NOTRe. (....) (Elles) se retrouvent aujourd'hui noyées ou isolées dans une intercommunalité aux frontières larges et où leur voix n'est pas audible. (...) La ruralité a fait la force et le socle de notre pays, elle est le creuset de nos traditions. (...) Il est crucial de mener une politique de long terme et de stabiliser l'organisation des territoires.  Un aménagement équilibré doit également passer par un niveau de dotation suffisant, afin de permettre à ces communes d'investir, de se développer et de s'adapter aux enjeux actuels et futurs"

Signé : Xavier Berttrand (Président LR du Conseil Régional des Hauts-de-France) et Jean-François Rapin, sénateur LR du Pas de Calais

2010 04Les MoulinsMP

 

 

De mon poste d'élu d'une petite commune, délégué aux finances, j'ai depuis quelques temps l'impression, ou plutôt la certitude que certains, à très haut niveau, ont programmé la mort des petites communes. La France aux 36000 Communes est une abomination à leurs yeux, et ils veulent s'aligner sur le modèle allemand, qu'ils ne connaissent pas.

Oui, les communes allemandes sont immenses par rapport aux communes françaises. Oui, les communes allemandes coûtent moins cher que les communes françaises. En revanche, les communes allemandes sont loin d'offrir à leur population la qualité de service des communes françaises. J'ai vu de près dans la commune (Gemeinde)  de Werneck (Landkreis : SW, Schweinfurt) à quel point les villages reculés peuvent être maltraités : aucun service public, routes infréquentables, aucune signalisation routière pour se rendre à Vasbühl... Pour aller de Vasbühl à Werneck, en vélo, nous avons pris des routes dans un état inimaginable en France. Aujourd'hui, à la sortie de l'hiver, les routes de Marthod sont en bien meilleur état que celles de Vasbühl au mois d'août. C'est cela le système allemand que nos penseurs veulent nous imposer.

J'ai vu à Vasbühl un village dortoir mal désservi car Werneck s'en fout. Demain, quand nos technocrates auront réussi à tuer nos petites communes, Marthod sera un village dortoir car il n'intéressera pas les élus albertvillois. Et si je suis aujourd'hui élu à Marthod, c'est justement parce que je ne veux pas en arriver là.

Alors, au risque de "trahir" la neutralité qui est la mienne en tant qu'élu de Marthod, je dis: MERCI messieur Bertrand et Rapin.

Soyez actifs au sein de votre mouvement afin de faire avancer vos idées ! Ma commune souffre des baisses de dotations successives (130 000 € de perdus en deux ans, soit 65% de sa capacité d'investissement), elle est loin d'être la seule, comme nous l'a confirmé récemment l'ASADAC, et sans un retournement de situation, elle est condamnée à court terme !

Vous êtes notre dernier espoir, et en grande partie à cause de vous, je vais voter pour "Les Républicains" aux prochaines législatives, comme aux présidentielles.

 

Retour au sommaire