Et voila. Depuis dix ans, un grand ami à moi se bat contre "le clan Guérini". Il a écrit à différents niveaux, au procureur de la République, aux responsables politiques nationaux, pour dire tout ce qu'il savait sur le système mafieux mis en place par Jean Noël Guérini.

2392010

crédit photo

Il y a dix ans que cet ami nous en parle avec passion et colère. Donc, personnellement, je ne doute nullement de la culpabilité de Jean Noël Guérini. Mais c'est de l'ordre de l'opinion, pas de la certitude. Il ne me viendrait donc jamais à l'idée de lancer aujourd'hui la moindre accusation contre ce "brave" homme.

Les responsables politiques, d'Eva Joly à Arnaud Montebourg, manquent profondément de décence. Mis en examen ne signifie pas coupable. Pour Harlem Desir, "le temps du système Guérini est terminé".

montebourg_copie

crédit photo

Ont-ils donc des certitudes sur la malhonnêteté de Jean-Noël Guérini ? Mais alors pourquoi avoir continué à l'accepter comme président du Conseil Général, comme responsable local du Parti Socialiste ?

Et s'ils n'ont aucune certitude, ne pourraient-ils pas avoir, envers lui aussi, le respect de la présomption d'innocence ?

Leur réaction est choquante. Ils agissent comme si, après avoir soutenu un homme qu'ils savaient malhonnêtes, ils le laissaient tomber brutalement au moment où ils craignent qu'ils ne les entraîne dans leur chute.

 

Retour au sommaire