Révolution ! Grenoble a fait son Grand Bond en Arrière. La limitation de vitesse est désormais quasiment généralisée à 30 km/h.

Officiellement, pour réduire les pollutions (bruit, atmosphère) et améliorer la sécurité routière.

Réduire la pollution : «Un véhicule atteint rarement les 50 km/h en ville. Ces quelques pointes de vitesse augmentent la consommation, le bruit de fond et la pollution de l'air pour finalement très peu d'effets sur la vitesse moyenne et les temps de parcours» selon Yann Mongaburu, vice-président (EELV) de la métropole en charge des déplacements.

"Nous allons construire une ville respirable"" selon le Maire, Eric Piolle

"Ça réduit toujours la pollution quand on réduit la vitesse" selon Sébastien Vray de l'association "Respire".
"Ces quelques pointes de vitesse augmentent la consommation, le bruit de fond et la pollution de l'air pour finalement très peu d'effets sur la vitesse moyenne et les temps de parcours" selon la Métropole, citée par Mobilicités.

Est-ce vrai ? A vitesse constante, c'est faux. Exemple donné, visiblement pour un gros moteur, à l'adresse http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2007.chevasson_g&part=129571

getpart

Les moteurs sont optimisés pour une utilisation standard, au cours de laquelle on ne roule quasiment jamais à 30 km/h. Pour la catégorie B, en fonction des véhicules, la conso mini se situe probablement entre 50 et 80 km/h. Réduire la vitesse dans ces conditions représenterait une aggravation de la pollution atmosphérique. Exemple sur le graphe ci-desssus : on passe de 4,8 à 6,5 L/100 km soit + 35% de consommation (diesel) ou de 7 à 8,8 L/100 km, soit +26 % (essence). 

En zone de trafic fluide, la réduction de la vitesse à 30 km/h va aggraver sensiblement la pollution de l'air à Grenoble !

Pour les véhicules modernes, le premier facteur de bruit perçu à l'extérieur est le bruit du roulement et non celui du moteur. Avec une 207 diesel, vous roulez tranquillement à 50 km/h en 3ème, voire en 4ème si la circulation est fluide. Pour rouler à 30 km/h, vous devrez rétrograder en seconde. Résultat : une augmentation du bruit du moteur (due à l'augmentation du régime) pendant un temps plus long (du fait de la vitesse réduite). Donc une dégradation de la pollution sonore.

Enfin, la réduction de la plage de vitesse autorisée va dégrader la fluidité du trafic, augmenter la probabilité de "bouchon", et donc dégrader encore plus la pollution atmosphérique. Mais lorsqu'il y a des bouchons, personne ne roule à plus de 20 km/h : la mesure sera ici totalement inefficace.

Amélioration de la sécurité

""A 50 km/h en ville, nous roulons en réalité à 19 km/h en moyenne. Si nous passons à 30 km/h, nous roulons à 17,8 km/h, donc il n 'y a pas de variations mais il y a une véritable sécurisation de tous", explique Christophe Ferrari, président (PS) de la communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole." (source : france info

"La métropole grenobloise souligne qu'à 30 km/h le risque de décès lors d'un choc est divisé par neuf par rapport à un choc à 50 km/h." selon Le Parisien.

"à 50 km/h, la distance de freinage est environ de 28 mètres sur une route sèche, contre 13 mètres à 30 km/h, rappelle Science et vie" (source : Le Figaro.fr),

Comme d'habitude, ces chiffres sont faux. Essais Auto-Plus (source) : à 130 km/h la distance de freinage sur route sèche varie de 64 m à 68 m pour les VP, et montent jusqu'à 77 m (gros utilitaires). La prévention routière nous annonce 93 m (source). Donc des chiffres mensongers, qui doivent correspondre aux capacités de freinage des 203 ou des tractions avant. Je n'ai pas trouvé les valeurs effectives mesurées à 50 km/h ou à 30 km/h, mais, avec ma 207, la distance de freinage à 50 km/h est très inférieure à 20 mètres. Si on calcule la distance de freinage au taux minimum exigé lors du contrôle technique (5m/s2), on tombe sur le chiffre de 19,3 m. Et dans la réalité, le taux de freinage est toujours supérieur à ce minimum, donc la distance de freinage est évidemment très inférieure à cette valeur de 19 mètres. On est très loin des 28 mètres annoncés. Même avec ma 4L je faisais mieux que 28 m !

Ensuite, la première cause d'accident est la surprise. A 30 km/h, la conduite inattentive va progresser. Les petits accidents sans gravité (pour les voitures) et les accidents graves (pour les deux roues et les piétons) vont augmenter à cause de la baisse de vigilance des gens qui vont effectivement respecter cette limite idiote. Je vous parie une bouteille de Champagne que, d'ici quelques mois, la mortalité des deux roues et des piétons va augmenter à Grenoble.

Seule parole de bon sens trouvée sur ce sujet : "Interdire pour interdire, ce n’est pas utile », réagit Jean-Claude Peyrin, premier adjoint et membre de la « commission mobilité » de la « Métro »."
source : Le Monde.


Retour au sommaire