A lire sur le site de futura science :Le charbon progresse.

 

"L’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit que d’ici 2017, la consommation de charbon égalera celle du pétrole. Malgré une croissance remarquable de l’énergie solaire et des éoliennes, l’utilisation du charbon ne diminue pas, pire encore, elle augmente."

(...)

"Produire de l’électricité à partir des usines à charbon est très bon marché, fiable et l’électricité générée est, semble-t-il, facile à mettre sur le réseau. Les énergies renouvelables ont forcément du mal à rivaliser. De 2001 à 2010, le taux d’électricité généré par le charbon a augmenté de 2.700 térawattheures (TWh). Sur la même période, l’électricité provenant de sources non fossiles (vent, solaire, biomasse, nucléaire, etc.) a progressé de moins de la moitié : 1.300 TWh."

(...)

Les données du rapport montrent, en outre, que le monde émet davantage de carbone par unité d’énergie qu’il ne le faisait une dizaine d’années plus tôt. Cette croissance est entièrement due à l’augmentation du nombre d’usines à charbon.

Il faut le savoir, le charbon est l'énergie la plus polluante en matière de CO2 par kWh produit. L'une des causes de cette croissance est l'abandon progressif par l'Allemagne de l'énergie nucléaire, qu'elle remplace comme elle peut, en prticulier par des centrales à charbon.

Le nucléaire a des inconvénients : les accidents, heureusement rarissimes (2 depuis la mise en service des premières centrales, en 1984 et 2012) sont tout de suite dramatiques (Tchernobyl, Fukushima) ; les déchets restent nocis pendant plusieurs milliers d'années.

En revanche, e fonctionnement normal, le nucléaire est très peu polluant (quelques kg de déchets par an) et ses déchets peuvent être mis dans une boîte, au lieu d'être lachés dans l'atmosphère (charbon, pétrole, gaz naturel, bois...)

Conclusion ? Que celui qui détient la vérité me jette la première pierre. Pour l'instant, le nucléaire me semble une excellente énergie de transition entre les énergies fossiles polluantes et les énergies renouvelables, très difficiles à exploiter avec le niveau technologique actuel.


 Retour au sommaire