Notre Président nous a promis d'éliminer Daesh. Noble cause, objectif pertinent. Sur ce point, je suis totalement d'accord avec lui.

 

ISIS3

crédit photo  : http://jcpa.org/hamas-threat-no-different-from-isis/

Mais n'oublions pas les leçons de l'Histoire. On peut gagner une guerre sur le terrain militaire, mais la perdre sur le terrain politique. Ce fut le cas pour la guerre d'Algérie, ce fut le cas pour la guerre de Suez. LA victoire n'est totale que si l'ennemi a perdu tout soutien,  à l'intérieur de son pays comme à l'extérieur.

Il y a probablement plus de cinquante mille combattants Deash entre la syrie et l'Iraq. Il y a quelques milliers de combattants Daesh en Afrique, quelques centaines en Europe, soutenus par quelques milliers de partisans.

"Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre, à ta place".

"Éliminer Daesh", cela signifie-til tuer tous les combattants djihadistes ? Il serait illusoire d'imaginer que cela soit possible. Est-ce seulement souhaitable ? Un jour, le plus proche possible j'espère, on aura détruit les armes de Daesh. Cette victoire militaire que j'attends avec impatience est la condition nécessaire pour le retour à la paix, ce n'est pas la condition suffisante. Car en Syrie, en Iraq, en Europe, au Mali et ailleurs il restera des djihadistes en herbe. Comment allons nous traiter ce problème ? Allons nous conserver ce poison en nous ? Ils seront au milieu de nous, indifférenciables des habitants pacifiques, leur cœur rempli de ressentiment et de haine. Sommes nous condamnés à cohabiter avec des djihadistes potentiels cachés au milieu de nous jusqu'à la fin de nos jours ?

Ces djihadistes en herbe continueront à recevoir le soutien plus ou moins caché de pays comme le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Turquie. Si nous arrivions à éliminer tous les djihadistes actuellement armés, d'autres prendraient rapidement la suite.

Entnazifierung ! Dénazification ! Mondialisation de la guerre : voilà les conditions tout aussi nécessaires et probablement suffisantes pour venir à bout du problème.

Dénazification. En Allemagne, après la guerre de 1939/1945, on a "dénazifié". Les anciens nazis ont été écartés durablement de tout poste à responsabilité ; les structures politiques ont été modifiées pour couper la route aux groupuscules ; toute mention au nazisme a été prohibée en public. D'une certaine manière -comme en France d'ailleurs- on a recréé le "délit d'opinion", on l'a frappé lourdement. Sans attendre, on doit dès aujourd'hui "dédaeshiser" notre société : traquer les sympatisants de Daesch et les condamner lourdement. Pour cela, il faut se donner les outils juridiques de cette traque.

TURKEY-PARLIAMENT-ERDOGAN

credit photo : http://www.pi-news.net/2014/12/erdogan-die-eu-ist-uns-ganz-egal/

Mondialisation de la Guerre. Par la pression diplomatique internationale, mais aussi par la pression militaire, il faut déboulonner les soutiens hypocrites apportés à Daesh : dénoncer clairement Monsieur Erdogan comme fauteur de Guerre ; dénoncer clairement l'Émir du Qatar et le roi d'Arabie Saoudite comme coupables de crimes contre l'humanité. Dénoncer publiquement et agir en conséquence.

 Retour au sommaire