Malgré les pressions venues parfois de droite et surtout de gauche, Jean-Pierre Masseret ne s'est pas désisté, il a maintenu sa liste.

Il a "pris le risque" de faire élire un président FN à la tête de la région Champagne-Ardennes. Il a pris le risque de la démocratie, celui de perdre et de laisser gagner celui ou celle que le peuple a choisi. Cela est bien plus noble que les "petits arrangements entre amis" vus par ailleurs : que des gens de gauche votent pour des "Sarkozistes", cela ne vous choque pas ? Si on m'avait demandé de voter pour le PS, je ne l'aurais pas fait.

Aurait-il été légitime que la gauche ne soit pas du tout représentée à l'Assemblée Régionale de Champagne Ardennes ? Cela serait-il vraiment de la démocratie ?

Jean-Pierre Masseret a pris le risque, et il a gagné son pari : l'Union de la droite a gagné les élections, le FN et le PS seront présents à l'Assemblée Régionale. Après l'avoir traité de tous les noms, ne pourrait-on pas, aujourd'hui, rendre hommage à sa clairvoyance ?

 

 Retour au sommaire