Souvenez vous, il y a seulement cinq mois : la gauche en lambeaux, aucun espoir d'être présente au second tour.

Le duel annoncé devait propulser François Fillon à la présidence de la république.

 

 

francoisfillon        Marine Nationale

 

source : mediterranee.com                                              source : rt.com

Mettez vous à la place de Monsieur Hollande : il n'avait aucune chance. La gauche n'avait aucune chance. Même celui qui semblait le mieux placé, Manuel Valls, semblait n'avoir aucune chance, lui non plus, d'être au deuxième tour.

Fin manœuvrier, François le mou a trouvé la solution en s'inspirant de Sarkozy : LA RUPTURE !

La rupture, ce sera Macron. Il est jeune, il est beau, il sent bon le sable chaud... La frange de l'électorat qui vote sur la bonne gueule avant de s'intéresser au projet politique lui est acquise. C'est un "homme neuf" car inconnu du public jusqu'à un passé récent. Ses idées "droitières" permettront de conserver le pouvoir autour d'une large coalition alliant les socialistes de gouvernements (le clan Hollande/Valls) et les centristes. Mais il ne faut pas le dire, la ficelle est trop grosse et les Français ne veulent plus de l'équipe de Hollande. Alors Monsieur Macron, en accord avec Monsieur Hollande, annonce la rupture à grand coup de trompettes. Ainsi, grâce au soutien vite obtenu d'hommes de gauche pas trop taxés de hollandisme, Emmanuel Macron a pu faire son trou, passer pour un homme neuf alors qu'il n'est qu'une excroissance du hollandisme, et il a pu obtenir la grâce médiatique, celle sans qui rien ne passe.

Mais cela ne suffisait pas. Il fallait aussi détourner l'attention : les coups portés à intervalles réguliers contre Monsieur Fillon entrent dans ce cadre. Il fallait attaquer le favori ad hominem, afin de détourner ses propres électeurs de sa personne. Dans le contexte actuel, pour qui peuvent-ils voter ? Les gens de droite que l'on détournera de Fillon n'auront le choix qu'entre Macron ou Le Pen. Et ce n'est pas fini, vous verrez que, entre le 18 et le 21 avril, de nouvelles "révélations" sans fondements vont déstabiliser l'électorat de Monsieur Fillon, qui n'aura plus le temps de se défendre. C'est programmé de longue date. C'est incontounable.

Bien sûr, tout ce qui précède n'est qu'une opinion, une hypothèse. Mais je suis convaincu de sa pertinence, ce qui veut dire que de gens manœuvrent de manière délétère pour baffouer la démocratie. Alors si vous pensez que cette hypothèse est pertinente, diffusez, diffusez et diffusez encore ! Halte à Macrollande, Halte à Hollancron !

Retour au sommaire