Ce n'est pas Rabindranath Tagore qui le dit, mais le Parti socialiste.

Car les Socialistes ont raison. Ils ont raison comme les Nazis avaient raison. Ils ont raison comme Lénine puis Staline avaient raison. Comme ils ont raison, plus rien ne compte face à leurs choix.

Les enfants doivent donc être formés par l'État socialiste et pas par leurs parents, nécessairement dangereux :

« ils seront dans le collectif, et ce le plus longtemps possible, et comme l’activité péri-scolaire arrive quand les enfants sont bien fatigués, ils sont plus malléables… » dit un inspecteur de l'éducation nationale à propos de la réforme des rythmes scolaires. On pourra leur faire écouter les discours partisans d'Act-Up ou de LGBT et les endoctriner dès leur plus jeune âge. (j'avai le lien sur la référence ici)

"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l'État" dit Laurence Rossignol, députée PS. Les enfants appartiennent à l'État, comme sous Kim Jong-Il ou sous Pol Pot, comme sous Staline, comme sous Hitler.

Et puisqu'ils appartiennent à l'État, il faut les arracher à la mauvaise influence de leurs parents : "Le but de la morale laïque et de permettre à chaque élève de s’émanciper, car le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix" dit clairement notre ministre de l'éducation nationale.

Eh bien non !

Les enfants ne sont pas nos enfants, mais ils ne sont pas ceux de l'État.

Khalil_Gibran_picture

Khalil Gibran (source)

Dans "le Prophète", Khalil Gibran écrivait :

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,
Parlez-nous des Enfants.
Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L'Archer voit le but sur le chemin de l'infini, et Il vous tend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l'Archer soit pour la joie;
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime l'arc qui est stable."

Aucun État ne sera jamais à la hauteur du rôle irremplaçable de parent, témoin émerveillé, modèle discret, arc stable dans les mains de l'Archer. L'État ne doit remplacer le parent que dans les cas extrêmes (violences parentales par exemple). Mais pour l'immense majorité des Français, la phrase de Laurence Rossignol ("Les enfants(...) appartiennent à l'état") sonne comme une doctrine stalinienne !
  
 Retour au sommaire