Pour la saint Valentin, quoi de plus tendre que d'embrasser sa moitié ?

DSC_0811

des homosexuels veulent montrer qu'eux aussi s'embrassent. Pourquoi pas. Cela me semble étrange, puéril, mais je ne connais rien de leur vie, de leurs souffrances.

 

Par militantisme, ils veulent faire cela devant des lieux symboliques. Cela se comprend.

 

A leur place, je serais allé devant l'ambassade d'Iran. Là-bas, l'homosexualité est punie de la peine de mort. Cela aurait eu un certain panache !

 

A leur place, je ne serais pas allé devant un lieu de culte : c'est de la provocation pure et simple. Un grand nombre de "couples" se rassemble et s'embrasse au coup de sifflet. Rien à voir avec de la tendresse, bien évidemment !

TOUTES les religions, chacune à son niveau, condamnent l'homosexualité comme n'étant pas dans la Nature de l'Homme.

 

Nous (les croyants) laissons les homosexuels vivre leur vie, sans aller devant la porte de leur immeuble clamer nos convictions sur l'homosexualité. Dans l'Eglise catholique, des homosexuels vont à la messe, communient au corps du Christ. Tout le monde le sait, nul ne les condamne dans l'assemblée.
Ceci est vrai pour tous les homosexuels : nous les respectons en tant qu'humains, nous acceptons leurs choix de vie contraires à notre foi, tant qu'ils ne nous les imposent pas. .
De même que nous n'allons pas faire de la propagande devant leurs portes, il serait normal qu'ils n'aillent pas en faire devant nos lieux de culte.

Dès lors, venir faire du prosélytisme homosexuel devant le parvis de Notre Dame de Paris est une agression. et si certains Chrétiens ont réagit violemment, ce que je ne peux que condamner, je les comprend. Ils n'ont fait que répondre à ce qui était, se voulait, une agression, une provocation.

Pourquoi ne sont-ils pas allés devant une mosquée ? N'y aurait-il donc aucune mosquée intégriste soutenant l'Iran dans sa brutale repression homophobe ?

Ces gens là agissent lâchement, en s'attaquant à ceux qui les repectent et dont ils savent qu'ils se défendront mollement.

retour au sommaire